Les différents types de thé

Tous les thés proviennent de la même plante persistante, le théier, aussi appelé arbre à thé ou par son nom officiel, le Camellia sinensis. Pourtant, il existe des dizaines de types de thés différents et des milliers de thés aromatisés. Au fil de l’histoire du thé, les différents types sont apparus en fonction des zones géographiques de fabrication et des méthodes de traitement appliquées après la récolte.

Après la cueillette des feuilles du théier, il faut les faire fermenter, oxyder, flétrir et sécher. C’est l’étape de fermentation qui va principalement influencer la couleur du thé et son goût.

Le thé vert

Le thé vert est le thé le plus connu et que l’on boit le plus souvent. Ses bienfaits pour la santé sont prouvés et son goût moins fort est apprécié par tous les buveurs de thé, même occasionnels. C’est également ce thé qui est souvent utilisé pour y ajouter des arômes d’autres plantes ou fruits, qui peuvent être vendus en grandes surfaces. On pense au thé vert au jasmin, menthe, mangue, fraise, citron, etc.

Pour obtenir le thé vert, cela nécessite de procéder à une dessiccation très rapide après la cueillette. Le but est de d’éviter toute fermentation ou oxydation le plus rapidement possible. On place alors les feuilles au-dessus de bassines d’eau bouillante dont les vapeurs neutralisent les enzymes de fermentation. Les feuilles sont ensuite séchées et roulées.

Le thé noir

Le thé noir est l’opposé du thé vert. Ici, les feuilles de thé sont fermentées avant de les sécher. Les feuilles sont disposées à l’air libre et ventilent jusqu’à ce qu’elles perdent 50% de leur teneur en eau. Ensuite, les feuilles sont roulées, ce qui va la flétrir et déclencher la fermentation. Le degré de fermentation déterminera la force de son goût.

Parmi les thés noirs les plus populaires, il y a le Ceylan qui provient du Sri Lanka. Le thé noir est lui aussi utilisé pour les thés aromatisés.

Attention, si vous partez en Chine, il est bon de savoir que le thé noir s’appelle thé rouge là-bas. Quand les Chinois parlent de thé noir, ils font référence à des thés post-fermentés. Pour ne pas vous tromper, il suffit de comprendre de quoi on parle. La dénomination des thés en Occident est faite selon la couleur de la feuille avant infusion (noire, verte, blanche,…), alors qu’en Chine la dénomination correspond à la couleur du thé au moment de le boire (dans ce cas, le liquide est rouge).

Le thé Oolong

Le thé Oolong est aussi appelé thé semi-oxydé ou semi-fermenté. Ces types de thés se situent entre le thé vert et le thé noir. Ces thés chinois ou taïwanais se rapprochent plus du thé vert s’il subit une oxydation plus faible et du thé noir si l’oxydation est plus importante. Ce thé est très faible en théine et se boit généralement nature ou légèrement sucré.

Le thé blanc

Le thé blanc, comme le thé jaune, connaît une fermentation encore plus faible que le thé vert. Ce thé est considéré comme rare, car la cueillette des feuilles n’a lieu que durant une courte période de l’année. La cueillette se fait alors que la plante n’a encore que des bourgeons et au maximum trois petites feuilles. Les bourgeons sont ensuite séchés en essayant qu’ils ne connaissent qu’une faible oxydation.

Le thé jaune

Encore plus rare que le thé blanc, le thé jaune est obtenu en ne cueillant que des bourgeons duveteux de la plante. Lui aussi connaît une faible oxydation. Comme le thé blanc, ce thé est très délicat et se boit avec une eau frémissante afin de ne pas altérer sa douce saveur.

Le thé post-fermenté

Comme nous l’avons mentionné, le thé post-fermenté est appelé thé noir en Chine, et chez nous, thé noir-noir ou thé sombre. Ce thé n’a pas subi le même traitement que les autres types de thé. Ce n’est pas son oxydation qui lui a donné sa puissance, mais un long processus (en années) de fermentation des feuilles torréfiées au préalable. Son goût peut être surprenant la première fois car la fermentation lui donne un arôme terreux, se rapprochant du champignon.

 

Comparatif de 4 thés différents

De gauche à droite: Thé vert (Bancha du Japon), Thé jaune (Kekecha de Chine), Thé Oolong (Kwai flower de Chine) et Thé noir (Assam Sonipur Bio FOP d’Inde)

Les thés aromatisés

Les thés aromatisés regroupent tout autant les thés ayant été agrémentés d’arômes naturels ou artificiels mais aussi les thés mélangés à d’autres plantes ou épices. Parmi les mélanges les plus connus, il y a l’Earl Grey, qui est aussi l’un de mes thés préférés. Il s’agit d’un thé noir parfumé à la bergamote, comme Le Lady Grey. Ce dernier est en plus agrémenté d’agrumes.

L’industrie agro-alimentaire ne cesse d’inventer de nouveaux parfums de thés, parfois critiqués par les connaisseurs. Souvent, ces agréments sont obtenus artificiellement.

Pour rappel, même si le langage courant a tendance à accepter le terme de thé pour la plupart des infusions, normalement cette dénomination est réservée aux boissons obtenues à l’aide de feuille de l’arbre à thé. Le roobois par exemple, n’est pas un thé à proprement parler, même si son processus de fabrication est identique. Les autres infusions de fleurs, de plantes ou d’épices sont considérées comme des tisanes.